Page d'accueil Chine-Tunisie Sur la Chine Visa Commerce et Investissement Tourisme
Conférence de presse du 31 août 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/08/31

À l'invitation des gouvernements du Myanmar, de l'Espagne et de la Grèce, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, effectuera des visites officielles dans les trois pays du 1er au 4 septembre.

China Daily : La semaine dernière, vous nous avez fait part de l'envoi d'un groupe d'experts médicaux chinois au Soudan du Sud. Nous avons remarqué que le groupe d'experts a quitté le Soudan du Sud et est arrivé en Guinée. Pouvez-vous nous donner les dernières nouvelles à ce sujet ?

Zhao Lijian : Merci de votre intérêt continuel envers le groupe d'experts médicaux chinois à l'étranger. Ce groupe d'experts est arrivé en Guinée pour une mission de 10 jours. Constitué par la Commission nationale de la Santé et sélectionné par la Commission provinciale de la Santé de l'Anhui, le groupe est composé de 8 experts.

Le 29 août, le groupe a mené une enquête sur place dans l'Hôpital de l'Amitié Chine-Guinée situé à Conakry, capitale de la Guinée, et a échangé des expériences anti-épidémiques chinoises avec des experts de l'Hôpital. M. Sandy Cora Torno, directeur de l'Hôpital, a souhaité la bienvenue aux experts chinois et a remercié le gouvernement et le peuple chinois pour leur aide désintéressée, et a exprimé son souhait de s'inspirer des expériences de la Chine en matière de prévention et de contrôle de l'épidémie. Dans les prochains jours, les experts chinois effectueront des visites sur le terrain et organiseront des séminaires et des séances de formation pour partager leurs expériences pratiques avec les départements sanitaires locaux et aider leurs homologues à améliorer leurs capacités de gestion du Covid-19.

La Chine continuera à se tenir aux côtés de la Guinée et d'autres pays africains pour lutter contre l'épidémie afin de remporter la victoire dans les meilleurs délais.

Agence de presse Xinhua : Une session de la Commission mixte du JCPOA se tiendra du 31 août au 1er septembre à Vienne. Qui conduira la délégation chinoise à la réunion ? Qu'attend la Chine de cette réunion ?

Zhao Lijian : Une réunion de la Commission mixte du JCPOA au niveau des directeurs politiques se tiendra du 31 août au 1er septembre à Vienne. Les participants du JCPOA évalueront la situation actuelle de la question nucléaire iranienne, examineront la mise en œuvre du JCPOA et coordonneront les actions pour l'avenir. Un responsable du Département du contrôle des armements du Ministère chinois des Affaires étrangères conduira une délégation à la réunion.

Le retrait unilatéral des États-Unis du JCPOA et la prise d'une série de mesures unilatérales et illégales en dépit de l'opposition générale de la communauté internationale sont à l'origine de la tension continue de la situation nucléaire iranienne. Le JCPOA se trouve à un moment crucial. La Chine espère que toutes les parties saisiront l'occasion offerte par la réunion de la Commission conjointe pour consolider davantage le consensus consistant à préserver fermement le JCPOA et à appliquer fidèlement la résolution 2231 du Conseil de Sécurité, gérer judicieusement les divergences sur la mise en œuvre du JCPOA dans le cadre de la Commission conjointe, coordonner les efforts pour relever les défis actuels et continuer à faire avancer le processus de règlement politique de la question nucléaire iranienne.

Bloomberg : Le Ministère chinois des Affaires étrangères peut-il confirmer que les « mesures restrictives » signifient que TikTok doit obtenir les licences appropriées pour conclure un accord d'acquisition avec une société américaine ? Les nouvelles réglementations chinoises en matière d'exportation de technologies incluent les technologies utilisées par ByteDance sur la plate-forme TikTok. La décision chinoise vise-t-elle à superviser la vente prévue de l'activité de TikTok aux États-Unis ?

Zhao Lijian : Les « mesures restrictives » que vous avez mentionnées font référence au catalogue des technologies dont les exportations sont interdites ou restreintes, établi, réajusté et publié conjointement par le Ministère chinois du Commerce et le Ministère chinois de la Science et de la Technologie, n'est-ce pas ?

Le Ministère du Commerce a publié des informations sur la question concernée. Le responsable du Département du Commerce de services et des Services commerciaux du Ministère du Commerce a répondu aux questions de la presse sur le réajustement et la publication du catalogue, soulignant que la publication du catalogue des technologies vise principalement à réglementer la gestion des exportations de technologies, à faire progresser la science, la technologie et la coopération économique et technologique avec d'autres pays, et sauvegarder la sécurité économique de la Chine. Je vous invite à vous renseigner auprès des départements compétents pour les détails concernant la mise en œuvre du catalogue concerné.

Je ne commente pas le fonctionnement concret des entreprises. Les entreprises concernées ont publié des informations que vous pouvez consulter. Comme la Chine l'a clairement indiqué à de nombreuses reprises, nous nous opposons aux pratiques américaines consistant à étendre arbitrairement le concept de sécurité nationale et à abuser du pouvoir national pour réprimer des entreprises étrangères spécifiques. Les vilains tours de l'intimidation économique et de la manipulation politique que les États-Unis ont joués à l'encontre des entreprises non américaines, qu'il s'agisse d'une « transaction coercitive gouvernementale » ou d'une « transaction forcée gouvernementale », reviennent à s'emparer du bien d'autrui de force ou par escroquerie. Non seulement cela viole les principes du marché et les règles internationales, mais cela ironise également sur l'économie de marché et la concurrence loyale prônées par les États-Unis depuis toujours.

Global Times : Le Conseiller du président américain pour les affaires de sécurité nationale O'Brien a critiqué la Chine sur des questions liées au système politique chinois, à Taiwan, à Hong Kong et à la Mer de Chine méridionale, lors d'un entretien en ligne au Conseil de l'Atlantique le 28 août, et a préconisé l'utilisation du système d'alliance américaine pour répondre aux « défis » de la part de la Chine et de la Russie. Comment la Chine réagit-elle à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis un certain temps, des politiciens américains, à partir d'un état d'esprit du jeu à somme nulle, de la mentalité de la guerre froide et d'intérêts politiques égoïstes, attaquent sans relâche et vicieusement le système politique chinois, calomniant et salissant la Chine et semant la discorde entre les autres pays et la Chine. La Chine s'y oppose fermement.

Le peuple chinois est le mieux placé pour s'exprimer sur la question de savoir si le socialisme aux caractéristiques chinoises est bon ou non. Ce n'est pas aux politiciens américains de se poser en donneurs de leçons. La réponse est claire comme le jour quant à savoir si le développement de la Chine est une opportunité ou une menace pour le monde, puisque la Chine est le plus grand partenaire commercial de plus de 130 pays et régions du monde et que la Chine mène des échanges et une coopération actifs avec les différents pays. En revanche, les États-Unis se retirent à leur guise des accords et des organisations internationaux, et utilisent ou rejettent le droit international selon leur bon plaisir, ce qui a gravement compromis l'équité et la justice internationales, ainsi que la paix, la stabilité et le développement planétaires. En fait, la communauté internationale ne se laissera pas intimider, car ils sont bien conscients des agissements des politiciens américains qui répandent des rumeurs sur la Chine, qui font du tapage autour de la « menace chinoise » et qui tentent d'atteler d'autres pays au « char anti-communiste et anti-chinois ».

Phoenix TV : Une délégation de la République tchèque conduite par le Président du Sénat Milos Vystrcil est en visite à Taiwan. En réponse à cela, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré que le gouvernement et le peuple chinois, au lieu de rester les bras croisés, lui feraient payer cher ses comportements à courte vue et ses spéculations politiques. Quelles mesures la Chine prendra-t-elle pour y réagir ?

Zhao Lijian : Nous exprimons une vive condamnation et de graves préoccupations concernant les agissements flagrants des forces anti-chinoises en République tchèque qui violent grossièrement la souveraineté de la Chine et s'ingèrent de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine. Comme vous l'avez dit, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a explicitement déclaré hier en Allemagne que Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois et que ceux qui défient le principe d'une seule Chine sur la question de Taiwan se mettent à l'opposé des 1,4 milliard de Chinois et trahissent leurs engagements internationaux. Face aux provocations du Président du Sénat tchèque et des forces anti-chinoises derrière lui, le gouvernement et le peuple chinois ne le laisseront pas faire et ne resteront pas les bras croisés. Nous devons leur faire payer cher leurs comportements à courte vue et leurs spéculations politiques.

Nous exhortons les autorités compétentes de la République tchèque à prendre immédiatement des mesures pour éliminer les conséquences pernicieuses de cet acte erroné, afin d'éviter de nuire à l'intérêt général des relations bilatérales. Nous avertissons sévèrement les autorités taiwanaises et les forces anti-chinoises derrière Vystrcil que leurs actes ne pourront pas changer le fait que Taiwan est une partie inaliénable de la Chine, et qu'aucune tentative de manipulation politique et d'activités séparatistes visant l'« indépendance de Taiwan » n'aboutira jamais.

Kyodo News : L'armée indienne vient de déclarer que les troupes indiennes avaient empêché des activités de l'APL dans l'est du Ladakh. Pouvez-vous confirmer cela ?

Zhao Lijian : Les troupes frontalières chinoises ont strictement observé la ligne de contrôle réel et ne l'ont jamais franchie. Les troupes frontalières chinoises et indiennes sont en contact sur la question les unes avec les autres.

Quotidien de Beijing : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a twitté le 29 août : « Une trop grande partie de l'économie du Parti communiste chinois repose sur un mépris arbitraire de la qualité de l'air, du sol et de l'eau. Le peuple chinois et le monde auraient dû avoir un meilleur traitement ».  Il a ajouté que la Chine était responsable de près de 30% de la pollution plastique mondiale et était le plus grand émetteur de mercure, de déchets océaniques et de gaz à effet de serre. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : M. Pompeo doit se regarder attentivement dans un miroir et se demander pourquoi les États-Unis se sont retirés de l'« Accord de Paris ».

Le gouvernement chinois attache une grande importance à la protection de l'environnement et a intégré le développement de la civilisation écologique dans la planification globale en cinq axes pour la construction d'un socialisme aux caractéristiques chinoises. Estimant qu'un environnement écologique sain profite au bien-être de tous, le gouvernement chinois a déployé de grands efforts pour promouvoir un développement vert, sobre en carbone et durable, et mis en œuvre des plans d'action pour prévenir et contrôler la pollution de l'air, de l'eau et du sol avec des résultats significatifs. Sur la scène internationale, la Chine a pleinement rempli ses obligations au titre de la « Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques », de l'« Accord de Paris », de la « Convention de Bâle » et de la « Convention de Minamata sur le mercure », entre autres. Nous avons contribué activement à la gouvernance environnementale mondiale.

En 2018, les émissions de CO2 de la Chine par unité de PIB ont diminué de 45,8% par rapport à leur niveau de 2005, ce qui équivaut à une réduction de 5,26 milliards de tonnes de CO2. La Chine est le pays investissant le plus dans les énergies renouvelables, le nombre de véhicules à énergies nouvelles représentant plus de la moitié du total mondial. Dès 2008, la Chine a imposé des restrictions à l'utilisation des sacs en plastique pour promouvoir le recyclage des déchets plastiques. À la fin de 2019, près de 99% des déchets ménagers urbains du pays étaient décontaminés en toute sécurité. Des mécanismes de tri des déchets et d'assainissement maritime ont été mis en place dans toutes les villes côtières chinoises où sont menées activement des activités de nettoyage des déchets sur les plages et dans les zones maritimes. La Chine a également promulgué « Les règlements sur la gestion de la sécurité des produits chimiques dangereux », le « Programme pour la protection écologique au cours du 13e Plan quinquennal » ainsi que d'autres règlements et politiques, définissant les objectifs, les voies et les mesures de prévention et de contrôle de la pollution par le mercure.

En revanche, les États-Unis, en tant que pays ayant les plus grandes émissions cumulées de gaz à effet de serre au monde, n'ont pas ratifié le « Protocole de Kyoto » et se sont retirés de l'« Accord de Paris ». Ils ont également nié des objectifs contraignants de réduction des émissions quantifiés, se sont dissociés du système mondial et de l'arrangement des émissions de carbone, ce qui a sérieusement entravé le processus mondial de réduction des émissions et de développement vert. Dans le même temps, en tant que premier exportateur mondial de déchets solides et grand pays de consommation de plastique par habitant, les États-Unis refusent de ratifier la « Convention de Bâle » et ont mis des obstacles au processus de gouvernance mondiale des déchets plastiques, en transférant beaucoup de déchets vers les pays en développement, ce qui a causé de graves dommages à l'environnement local et mondial. Je pense qu'il est clair que le monde entier se rend compte d'un coup d'œil quel pays méprise délibérément l'environnement mondial et la santé des peuples du monde entier.

AFP : Le gouvernement thaïlandais a déclaré aujourd'hui qu'il avait suspendu l'achat de sous-marins à la Chine après le tollé suscité par l'accord auprès du public thaïlandais. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Parlez-vous de sous-marins ? Je n'ai pas lu de reportages à ce sujet. Je vous conseille de vous renseigner auprès des départements compétents, puisqu'il s'agit de reportages sur l'armée.

PTI : Vous avez dit que les troupes frontalières chinoises et indiennes restent en contact. Y a-t-il actuellement des entretiens pour régler les divergences ?

Zhao Lijian : La Chine et l'Inde sont en étroite communication par les voies diplomatique et militaire. En ce qui concerne les rencontres et les entretiens spécifiques, nous publierons des informations en temps utile.

Question posée après la conférence de presse : Des médias américains ont rapporté récemment que l'armée chinoise avait envoyé des chercheurs pour des études aux États-Unis en cachant leur statut de militaires, et beaucoup ont été détenus pour fraude aux visas cette année. L'ambassade et les consulats de Chine aux États-Unis les ont aidés à échapper à l'enquête judiciaire américaine et à retourner en Chine, c'est pourquoi le consulat général de Chine à Houston a été fermé. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis un certain temps, sous des prétextes sans fondement et en abusant du pouvoir judiciaire, les États-Unis ont harcelé, interrogé, et même arrêté et poursuivi des étudiants chinois aux États-Unis sur la base d'allégations fabriquées. Plusieurs étudiants chinois ont été victimes de harcèlement continu, dans des aéroports, de la part des autorités américaines chargées de l'application de la loi lorsqu'ils quittaient le pays, et leurs smartphones et leurs ordinateurs portables et autres articles ont été examinés arbitrairement, voire confisqués. Ces comportements américains flagrants ont porté gravement atteinte aux droits et intérêts légitimes des étudiants chinois aux États-Unis et ont sérieusement entravé les échanges normaux socioculturels et la coopération éducative entre les deux pays. La Chine condamne fermement cela et exhorte les États-Unis à corriger immédiatement les erreurs, à cesser de créer des prétextes et à cesser de pratiquer la discrimination contre les étudiants chinois. La Chine continuera de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois.

La partie chinoise a indiqué à plusieurs reprises sa position solennelle sur la demande unilatérale américaine pour que la Chine ferme le consulat général à Houston. Je tiens à souligner une fois de plus que les missions et les personnels diplomatiques et consulaires chinois aux États-Unis ont toujours exercé leurs fonctions en stricte conformité avec la « Convention de Vienne sur les relations diplomatiques », la « Convention de Vienne sur les relations consulaires » et la « Convention consulaire Chine-États-Unis », afin de promouvoir l'amitié et la coopération sino-américaines. Toutes les excuses fabriquées par les États-Unis sont infondées. Elles ne peuvent dissimuler le fait que les États-Unis ont gravement violé le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales et gravement saboté les relations sino-américaines. Nous exhortons la partie américaine à cesser de calomnier les missions et les personnels diplomatiques et consulaires chinois aux États-Unis, à remplir scrupuleusement ses obligations en vertu de la « Convention consulaire Chine-États-Unis » et à protéger les droits et intérêts légitimes des missions et des personnels diplomatiques et consulaires chinois aux États-Unis. La Chine continuera de prendre les mesures légitimes et nécessaires pour sauvegarder les intérêts et la dignité nationaux.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer