Page d'accueil Chine-Tunisie Sur la Chine Visa Commerce et Investissement Tourisme
Conférence de presse du 1er septembre 2020 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2020/09/01

Agence de presse Xinhua : Les statistiques montrent que, pour le mois d'août, l'indice PMI non manufacturier de la Chine s'est établi à 55,2, soit au-delà de 50 pendant six mois consécutifs. Le sous-indice mesurant l'activité commerciale dans le secteur des services est passé à 54,3 en août, contre 53,1 en juillet. Nous avons remarqué les commentaires du Wall Street Journal et du Financial Times, selon lesquels cela montre que les mesures de la Chine visant à stimuler la consommation intérieure fonctionnent. Certains chercheurs estiment qu'avant la reprise du circuit économique international, le circuit économique intérieur de la Chine fonctionne et la croissance de la Chine repose davantage sur la consommation intérieure. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Ce n'est pas une question diplomatique, mais cela attire beaucoup l'attention de la communauté internationale. Malgré le fort impact du Covid-19 cette année, l'économie chinoise est restée forte et a fait preuve d'une grande résilience et d'un énorme potentiel. Le PIB de la Chine a augmenté de 3,2% au deuxième trimestre, faisant de la Chine la première économie à enregistrer une croissance positive. Comme vous l'avez mentionné, le mois d'août a été marqué par une demande croissante dans le secteur manufacturier chinois et une reprise du circuit de l'offre et de la demande. Cela indique une perspective économique plus brillante ainsi que les résultats remarquables des efforts de la Chine pour coordonner l'endiguement de l'épidémie et le développement socio-économique. Selon les prévisions du FMI, la Chine sera l'un des rares pays à maintenir une croissance positive en 2020. Selon une dernière enquête, 99,1% des entreprises étrangères en Chine continueront d'investir et de développer des activités dans le pays, et 89% des entreprises européennes interrogées ont déclaré ne pas envisager de déplacer leurs chaînes industrielles hors de Chine. La Chine reste l'une des trois premières destinations d'investissement pour la plupart des entreprises européennes. Tous ces éléments constituent, en un sens, un vote de confiance dans le développement de la Chine.

Compte tenu des changements d'étape, d'environnement et de conditions de développement de la Chine, nous nous sommes fixé l'objectif de favoriser une nouvelle architecture de développement à circulation duale avec le circuit national comme pilier et caractérisée par l'interaction entre les circuits national et international. Il ne s'agit pas d'un circuit intérieur fermé, mais d'un double cycle ouvert de croissance nationale et internationale. La Chine exploitera davantage sa demande intérieure, élargira son ouverture et partagera davantage ses dividendes de développement avec le reste du monde. Avec des tarifs plus faibles, des listes négatives plus courtes, un accès au marché plus facile, des règles plus transparentes et un environnement commercial plus attractif, la Chine travaillera à bâtir une économie ouverte plus performante, afin d'offrir plus d'opportunités au monde.

Global Times : Lors d'une interview à l'occasion d'une émission de radio le 31 août, Pompeo a déclaré : « nous interdirons au Parti communiste chinois de voler les informations – vos informations, mes informations, celles de vos enfants, de quiconque utilise TikTok. Nous empêcherons que ces informations soient placées entre les mains de l'appareil de sécurité nationale chinois et du Parti communiste chinois. [...] Notre obligation est de nous assurer que les données de notre peuple ne finissent pas au mauvais endroit. [...] Nous ferons tout ce que nous pourrons pour les empêcher d'en prendre possession. » Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Le Secrétaire d'Etat Pompeo a en effet pratiqué ce qu'il a déclaré ouvertement dans une université du Texas : « nous mentons, nous trichons, nous volons ». Et il en est un parfait exemple. Il ment tous les jours sur des questions de sécurité nationale. Comment TikTok, une application de réseau social permettant aux jeunes de partager des vidéos de divertissement comme du chant et de la danse, pourrait-elle constituer une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis ? Pompeo a réitéré sa théorie de la « menace chinoise » dans le monde entier, exhortant les autres à se prémunir contre le « vol des données des utilisateurs » par la Chine. Mais qu'en est-il du bilan des Etats-Unis à cet égard ?

En termes de vol de télécommunications, les Etats-Unis se classent toujours au premier rang mondial. La NSA, l'agence de sécurité nationale américaine, contraint depuis longtemps AT&T, Verizon et d'autres opérateurs à lui fournir des données. Elle utilise de fausses stations de base appelées Dirtbox dans ses programmes d'écoute électronique, y compris Boundless Informant, depuis plus de dix ans. Grâce à Dirtbox, ils simulent les signaux des stations de base pour exploiter et voler les données des téléphones portables. Comme l'a rapporté Le Monde, grâce à Dirtbox, les données de 62,5 millions de téléphones portables ont été collectées par les Etats-Unis en France.

Pompeo a accusé TikTok, WeChat et d'autres applications de servir d'outils pour « l'infiltration » du gouvernement chinois. Mais en réalité, les Etats-Unis sont ceux qui sont capables de transformer les applications en unités de surveillance. Les fuites de documents de PRISM ont mis cela à nu. La NSA considère les applications comme des « mines de données » avec d'énormes réserves de données à récolter et investit donc massivement à cette fin. Sous la pression de l'agence, Twitter, Facebook, YouTube, Skype, Google Maps et même Angry Birds ont été contraints de coopérer avec elle.

Une « innovation » des services de renseignement américains consiste à voler des secrets via l'App Store. Comme l'a révélé la Société Radio-Canada (CBC), la NSA et les autorités de renseignement des autres pays des Five Eyes ont lancé le projet Irritant Horn, qui détourne le Play Store pour implanter des logiciels espions sur les smartphones cibles ou exploiter les failles. Avec ce programme, les Five Eyes ont réussi à dérober d'énormes quantités de données.

Quant à Clean Cloud, les Etats-Unis sont le véritable gangster du « vol de nuages ». Le Washington Post a révélé que la NSA, avec le Government Communications Headquarters (GCHQ) du Royaume-Uni, avait lancé un programme de surveillance appelé Muscular pour s'introduire fréquemment dans les serveurs cloud de Google et Yahoo. Ils sont même allés jusqu'à intercepter des données et les diriger vers les bases de données de leurs agences. C'est ainsi que des centaines de millions de données personnelles ont été collectées.

Selon le New Zealand Herald, les Etats-Unis ont comploté avec les services de renseignement néo-zélandais pour exploiter les données circulant au Consulat général de Chine à Auckland. Pour dérober les données d'autres pays, les Etats-Unis n'ont tout simplement épargné aucun fil dans un consulat chinois, sans parler des câbles sous-marins, « la mine d'or du renseignement ». Il est naturel que les Etats-Unis en profitent pleinement. Der Spiegel, un magazine allemand, a rapporté au fil des ans que la NSA avait puisé dans le SEA-ME-WE-4, le plus long système de câbles sous-marins à fibres optiques reliant l'Europe et l'Asie. Le Washington Post a dévoilé certains des programmes américains d'exploitation des câbles à fibre optique, connus sous les noms d'Oakstar, Stormbrew, Blarney et Fairview. Associated Press a rapporté que la marine américaine avait fait tout son possible pour réutiliser un sous-marin appelé USS Jimmy Carter afin de pouvoir exploiter des câbles à fibre optique.

Dans la Quadrennial Intelligence Community Review de 2009 divulguée par les médias, les Etats-Unis reconnaissent que leurs agences de renseignement devraient « mener des cyber-opérations » et utiliser d'autres moyens contre des « centres de recherche » dans d'autres pays pour aider les entreprises américaines à obtenir des avantages concurrentiels. Des documents divulgués par Snowden montrent que le programme de surveillance américain Stateroom a ordonné l'installation d'équipements secrets de renseignement électromagnétique dans une centaine d'ambassades et consulats américains dans d'autres pays à des fins d'espionnage. L'article intitulé « La sale hypocrisie de l'Internet propre et sans Chine aux Etats-Unis » et publié sur The Intercept souligne que la vision américaine d'un réseau propre signifie un réseau sans Chine. La déclaration relative à un réseau propre, teintée de xénophobie, est absurde et hypocrite et son message est clair : seuls les Etats-Unis peuvent surveiller le monde. Le scandale Crypto AG est un autre exemple typique. Comme vous le savez tous, il a été prouvé que la société suisse cinquantenaire travaillait pour la CIA, et que les appareils Crypto qu'elle vendait à plus de 120 pays étaient ironiquement des équipements de mise sur écoute.

Un sens élémentaire de l'intégrité et de l'honneur est nécessaire à quiconque. Face à des faits incontestables, nous espérons que ces hauts fonctionnaires américains arrêteront immédiatement de discréditer la Chine.

Shenzhen TV : Le gouvernement australien lancera une enquête sur l'ingérence étrangère dans les universités australiennes et sur la façon dont la Chine a recruté des universitaires dans le cadre du Programme des Mille talents. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : J'ai lu des reportages à ce sujet, mais je dois vérifier si c'est vrai.

La Chine s'engage depuis toujours à développer des relations avec d'autres pays sur la base du respect mutuel et de la non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures. L'ingérence dans les affaires intérieures des autres pays ne fait pas partie de l'ADN de la diplomatie chinoise. L'Australie étant un proche allié des Etats-Unis, certaines personnes et forces australiennes semblent être « infectées » par la paranoïa, dominés par la sinophobie et les conjectures, au point de perdre tout sens de la rationalité et de la justice, en portant diverses accusations contre les échanges éducatifs et humains normaux entre la Chine et l'Australie.

Si l'Australie veut vraiment mener des enquêtes sérieuses sur l'ingérence étrangère, je pense qu'il y a de nombreuses pistes. Par exemple, comme l'ont révélé les médias à plusieurs reprises, les institutions et individus australiens qui ont pris les devants pour alimenter l'hostilité envers la Chine ont reçu un financement du gouvernement américain, et l'un d'eux est l'Institut australien de politique stratégique (ASPI). Certains en Australie ont révélé qu'il recevait depuis longtemps des fonds du gouvernement américain et de marchands d'armes. Par ailleurs, selon ABC News, parmi les membres de la National Foundation for Australia-China Relations, organisme destiné à développer les relations entre les deux pays, deux ont été financés par le Département d'Etat américain. C'est un fait qui dit long et donne à réfléchir.

Au cours des 20 dernières années, le volume des échanges entre la Chine et l'Australie est passé de moins de 10 milliards à 235 milliards de dollars australiens l'année dernière. Plus de 12 000 entreprises australiennes ont ouvert des succursales en Chine. L'année dernière, le nombre d'étudiants chinois en Australie a frôlé les 230 000. La Chine est le plus grand partenaire commercial de l'Australie depuis 11 années consécutives et est désormais la plus grande source d'étudiants et de touristes internationaux en Australie. Et de manière plus prometteuse, la Chine est le plus important partenaire de l'Australie dans la recherche scientifique, en termes de nombre d'articles de recherche universitaire et de mentions dans le premier pour cent des articles les plus cités. Ce sont des faits éloquents.

Comme le dit un proverbe australien, « Gardez votre visage dans le soleil et vous ne verrez pas l'ombre. » Cela correspond si bien à notre position actuelle. Nous espérons que le gouvernement australien, les politiciens et tous ceux qui ont un esprit rationnel dans le pays auront les yeux rivés sur l'avenir brillant des relations sino-australiennes et sur le soleil, plutôt que de garder les yeux sur les nuages sombres et de se laisser perturber par l'ombre. Nous espérons que l'Australie adoptera une politique constructive plutôt qu'une politique destructrice à l'égard de la Chine.

CNR : Selon des reportages, l'Université du Nord du Texas a décidé de mettre fin à ses relations avec le Conseil chinois des bourses d'études (CSC), a demandé la révocation des visas des chercheurs invités qui reçoivent un financement du CSC et a exigé que ces chercheurs quittent le pays dans un délai d'un mois. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Hua Chunying : J'ai remarqué des reportages à ce sujet. Si c'est vrai, ce sera un autre exemple de la pratique américaine consistant à saper les échanges humains entre la Chine et les Etats-Unis. J'ai également remarqué que certains aux Etats-Unis ont fait part de préoccupations et de critiques à ce sujet.

Depuis que la Chine et les Etats-Unis ont établi des relations diplomatiques il y a 41 ans, les échanges d'étudiants et d'autres formes d'échanges humains ont joué un rôle important dans l'amélioration de la compréhension mutuelle et le développement stable des relations entre les deux parties. Les étudiants et chercheurs chinois ont grandement contribué à l'innovation scientifique et technologique et au développement économique aux Etats-Unis. Les statistiques américaines montrent que les étudiants chinois, qui représentent un tiers de tous les étudiants étrangers aux Etats-Unis, injectent chaque année plus de 15 milliards de dollars dans le pays.

Malheureusement, cependant, pour des gains égoïstes et des motifs politiques, et par besoin stratégique de réprimer le développement de la Chine, certaines forces extrémistes et anti-chinoises ont fabriqué d'innombrables mensonges pour stigmatiser et diaboliser les étudiants chinois, et même opprimer les étudiants chinois aux Etats-Unis en abusant du pouvoir judiciaire sous des prétextes sans fondement. Dans de telles circonstances, je me demande combien de parents chinois peuvent encore voir leurs enfants étudier aux Etats-Unis sans s'inquiéter.

L'ouverture, l'inclusion et la diversité étaient le fondement des Etats-Unis lors de leur fondation. Cependant, les Etats-Unis sont aujourd'hui entièrement différents. Ils sont remplis d'isolement, de haine et de xénophobie.

L'ouverture apporte le progrès, tandis que le repli sur soi finira par amener le retard. C'est une dure leçon tirée de l'histoire. Nous espérons que les Etats-Unis pourront voir les relations sino-américaines de manière plus rationnelle et faire plus de choses propices aux échanges bilatéraux entre les peuples. Si les Etats-Unis n'en font qu'à leur tête, leurs propres intérêts en pâtiront à la fin.

Beijing Youth Daily : Le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré : « Nous allons nous méfier [de la Chine], puis nous allons vérifier, et nous visons à induire un changement dans le comportement du Parti communiste chinois. Le peuple américain le mérite et notre sécurité nationale l'exige. » Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La diplomatie américaine est désormais réduite à l'intimidation, aux mensonges et aux sanctions. Le plus haut diplomate américain gagne sa vie en attaquant et en salissant la Chine et en répandant des rumeurs jour après jour. En se concentrant ainsi sur la mauvaise chose, je crois qu'ils marchent maintenant sur un chemin erroné et dangereux.

Pompeo est ambitieux, mais comme le dit un proverbe chinois, « il est important de connaître ses propres limites ». La Chine a une civilisation splendide ininterrompue depuis 5 000 ans, et le PCC célébrera son 100e anniversaire l'année prochaine. En tant que parti centenaire, il compte 92 millions de membres et près de 20 millions de candidats à l'adhésion. Selon des sondages indépendants menés par le Pew Research Center, l'Université Harvard et d'autres institutions du monde entier, le taux de soutien du peuple chinois au PCC et au gouvernement chinois était supérieur à 90% en moyenne, se classant au premier rang mondial. Sous la ferme direction du PCC, le peuple chinois s'est uni comme un seul homme et a obtenu un succès stratégique dans la lutte contre le Covid-19. Comme le suggère une enquête menée par un institut de sondage basé à Singapour, le soutien et la satisfaction du peuple chinois envers son gouvernement ont atteint un sommet historique dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Quant aux Etats-Unis, je ne veux pas passer de temps à parler de leur réponse à l'épidémie, car il y a eu d'abondants reportages dans les médias américains à ce sujet. Selon les enquêtes menées par l'Associated Press-NORC Center for Public Affairs Research de l'Université de Chicago, 80% des Américains interrogés disent que le pays se dirige dans la mauvaise direction, soit un nouveau record. Les gens de nombreux pays, y compris les alliés des Etats-Unis, pensent que la politique étrangère actuelle des Etats-Unis constitue en fait la plus grande menace pour le monde. Comme l'indiquent des universitaires de renom international, un pays avec une histoire de moins de 250 ans a pu croire qu'il pourrait changer un grand pays doté d'une civilisation politique de plus de 4000 ans. L'idée en elle-même est extrêmement absurde et arrogante.

Maintenant, le monde regarde les Etats-Unis avec de grandes inquiétudes quant à leur grave discrimination raciale, leur division sociale et leur riposte à l'épidémie. Si ces politiciens américains qui répandent la haine et la division ont encore le moindre sens de conscience et de responsabilité envers la nation et le peuple, ils devraient se concentrer rapidement sur les efforts visant à sauver plus de vies américaines et écouter les cris désespérés de Floyd, Blake et d'autres minorités ethniques. Au lieu de parler de la fiabilité des autres pays, Pompeo devrait d'abord faire des efforts concrets pour gagner la confiance du peuple américain.

South China Morning Post : La Ministre australienne des Affaires étrangères a déclaré que Cheng Lei, une animatrice de nationalité australienne, était détenue à Beijing. Pourriez-vous confirmer cela ? En outre, Chen Xiaodong n'est plus ministre assistant des Affaires étrangères. Pourriez-vous nous dire quel est son nouveau poste ?

Hua Chunying : Je n'ai pas de détails pour vous, mais comme vous le savez, la Chine est un Etat de droit et les départements concernés traitent les affaires conformément à la loi.

En ce qui concerne votre deuxième question, je voudrais d'abord vous remercier de l'intérêt que vous portez au Ministre assistant des Affaires étrangères Chen Xiaodong. En tant que diplomates, nos postes changent souvent. Je pense que vous saurez bientôt quel est son nouveau devoir.

Kyodo News : Le Président du Sénat tchèque, en visite à Taïwan, a prononcé un discours au « parlement », dans lequel il a affirmé que visiter Taïwan était une décision correcte. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La position de la Chine sur la visite du Président du Sénat tchèque est très claire. Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Qin Gang a convoqué l'Ambassadeur de la République tchèque en Chine et a formulé des représentations solennelles à propos de la visite du Président du Sénat tchèque Milos Vystrcil à Taïwan.

Tenté par les autorités taïwanaises, incité par les forces anti-chinoises et mû par des gains égoïstes, Vystrcil s'est obstiné à visiter la région de Taïwan, indépendamment de la ferme opposition et des représentations solennelles de la Chine. Il s'agit d'un soutien ouvert aux forces sécessionnistes de Taïwan et à leurs activités, d'une violation grave de la souveraineté de la Chine et d'une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine. La Chine condamne fermement cela.

Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde et le gouvernement de la République populaire de Chine est l'unique gouvernement légal représentant toute la Chine, ce qui est reconnu par la communauté internationale. Le principe d'une seule Chine correspond à la politique étrangère de la République tchèque et à la base politique des relations sino-tchèques. Vystrcil, en tant que l'un des dirigeants du pays, a ouvertement brisé le consensus international, est allé à l'encontre du principe d'une seule Chine, que le gouvernement tchèque a promis de respecter, et a gravement violé le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales. La Chine prendra les mesures nécessaires pour sauvegarder ses intérêts légitimes.

Nous exhortons ceux qui défient ouvertement la souveraineté de la Chine par intérêt égoïste à tenir compte de la position solennelle et des graves préoccupations de la Chine, et à ne pas sous-estimer la ferme détermination des 1,4 milliard de Chinois à sauvegarder la souveraineté et la sécurité nationales. Nous appelons également le peuple tchèque à prévenir conjointement tout préjudice supplémentaire aux relations sino-tchèques causé par le comportement malveillant et myope de Vystrcil.

CCTV : Le Secrétaire d'Etat adjoint américain David R. Stilwell a déclaré lors d'un forum virtuel organisé par la Heritage Foundation que depuis près de quatre décennies, les Etats-Unis étaient guidés par la Taïwan Relations Act de 1979, les trois communiqués conjoints entre Washington et Beijing et les Six Assurances fournies par le Président Reagan à Taipei en 1982. Les Etats-Unis ont déclassifié les Six Assurances de l'ère Reagan à Taïwan et ces dernières restent valables aujourd'hui. Le dernier acte américain n'est pas un changement de politique, mais il s'agit d'ajustements significatifs dans le cadre de la politique d'une seule Chine. Il a ajouté que les Etats-Unis sont en train d'établir un nouveau dialogue économique bilatéral avec Taïwan afin de renforcer leurs relations avec Taïwan et de la soutenir dans la réponse à la pression de la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde et Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois. Le principe d'une seule Chine est le fondement politique et la prémisse fondamentale de l'établissement et du développement des relations diplomatiques entre la Chine et les Etats-Unis. La soi-disant Taïwan Relations Act promulguée unilatéralement par les Etats-Unis et les soi-disant Six Assurances de la partie américaine à Taïwan violent gravement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, enfreignent gravement les normes fondamentales régissant les relations internationales et s'immiscent grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine. Elles sont complètement fausses, illégales, nulles et non avenues, et le gouvernement chinois s'y oppose fermement dès le début. Les Etats-Unis devraient respecter le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, plutôt que la Taïwan Relations Act ou les Six Assurances.

Je tiens à souligner que la question de Taïwan porte sur la souveraineté et l'intégrité territoriale et touche aux intérêts fondamentaux de la Chine. Personne ne devrait sous-estimer la ferme détermination de la Chine à sauvegarder la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale. Nous exhortons la partie américaine à respecter strictement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, à ne faire aucune tentative pour changer la nature de ses relations avec Taïwan, à cesser de mener tout échange officiel avec Taïwan et à s'abstenir d'aller plus loin sur cette mauvaise et dangereuse voie.

FSN : Une question sur Cheng Lei. De nombreux reportages conjecturent que sa détention pourrait être en quelque sorte liée à sa nationalité et aux relations de l'Australie avec les Etats-Unis. Quelle est votre réponse à cela ?

Hua Chunying : Comme je l'ai dit, je ne connais pas les détails relatifs à Cheng Lei et je vous renvoie aux autorités compétentes. La Chine accorde de l'importance à ses relations avec l'Australie. Cela dit, le développement des relations bilatérales nécessite des efforts conjoints des deux parties. Je voudrais souligner encore une chose. La Chine respecte toujours l'Etat de droit. Contrairement à certains autres pays, nous ne pratiquons pas d'actes illégaux au nom de la loi.

China News Service : La Banque mondiale a déclaré qu'elle avait suspendu la publication du rapport Doing Business de cette année parce qu'un certain nombre d'irrégularités avaient été signalées en ce qui concerne des modifications des données dans les précédents rapports Doing Business. Les médias affirment que le classement révisé concerne la Chine et d'autres économies. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : La Chine a pris note de la déclaration concernée publiée par la Banque mondiale. Nous exhortons la Banque mondiale à mener des enquêtes internes conformément aux principes d'équité, d'objectivité et de transparence et aux règles et procédures des institutions multilatérales, afin de sauvegarder sérieusement la réputation de la Banque mondiale et de ses Etats membres, ainsi que le professionnalisme et la crédibilité du rapport Doing Business.

Le gouvernement chinois attache une grande importance à l'amélioration de son environnement commercial, adhère aux normes de classe mondiale et approfondit en permanence les réformes visant à simplifier l'administration, rénover le contrôle et optimiser les services afin de stimuler la vitalité des acteurs du marché et la créativité sociale. L'année dernière, la Chine a enregistré en moyenne une augmentation nette de 10 000 entreprises par jour, et les investissements directs étrangers ont enregistré une augmentation de 2,4% en glissement annuel pour atteindre 138,1 milliards de dollars américains. Ces véritables réalisations sont reconnues et applaudies par la communauté internationale. La Chine restera déterminée à approfondir les réformes et à créer un environnement commercial respectueux des règles du marché, de l'Etat de droit et des normes internationales afin de créer un environnement favorable à un développement économique de haute qualité.

Prasar Bharati : L'Inde et la Chine disent toutes deux qu'elles sont en communication par les voies militaires et diplomatiques. Pourtant, après trois mois, le désengagement complet n'est pas en vue. L'Inde demande toujours que le statu quo d'avril soit rétabli. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Hua Chunying : En ce qui concerne la question des frontières léguée par l'histoire, la Chine soutient toujours qu'un accord juste et raisonnable peut être atteint par les deux parties grâce à des consultations pacifiques et amicales. Depuis un certain temps, les deux parties sont en contact et en pourparlers à différents niveaux et s'efforcent de rechercher un règlement pacifique de la question des frontières et de maintenir conjointement la paix et la stabilité des zones frontalières.

Mais le 31 août, en violation du consensus atteint par la Chine et l'Inde à travers des pourparlers et des réunions à différents niveaux, les troupes indiennes ont de nouveau franchi illégalement la ligne de contrôle réel sur la rive sud du lac Pangong Tso et près de la montagne Reqin, qui se trouvent dans le secteur occidental de la frontière Chine-Inde. Leurs provocations flagrantes ont de nouveau conduit à des tensions. La partie indienne a gravement sapé la souveraineté territoriale de la Chine, violé les accords bilatéraux et un consensus important, et porté atteinte à la paix et à la tranquillité dans les zones frontalières, ce qui va à l'encontre des récents efforts déployés par les deux parties pour désamorcer les tensions sur le terrain. La Chine s'oppose fermement à cela et a formulé des représentations solennelles auprès de la partie indienne. Nous exhortons l'Inde à cesser immédiatement toutes les provocations, à retirer ses troupes qui ont traversé illégalement la ligne de contrôle réel et à s'abstenir de tout acte susceptible d'aggraver les tensions ou de compliquer la situation.

Prasar Bharati : Les deux parties indienne et chinoise ont dit que l'autre partie avait fait des provocations. Pour dissiper la confusion parmi nous, pourriez-vous nous éclairer là-dessus ?

Hua Chunying : Ce que l'Inde a dit peut différer de ce que la Chine a dit, mais il n'y a qu'une vérité toute simple.

Depuis la fondation de la République populaire de Chine il y a plus de 70 ans, nous n'avons jamais déclenché de guerre ou de conflit, ni jamais pris un pouce de terre qui ne soit pas le nôtre. En fait, les troupes frontalières chinoises se sont strictement conformées à la ligne de contrôle réel et ne l'ont jamais transgressée. La partie indienne doit respecter les faits et prendre des mesures concrètes avec la bonne volonté de préserver les intérêts primordiaux des relations sino-indiennes, afin de maintenir conjointement la paix et la tranquillité des zones frontalières.

Nous avons noté que certains médias indiens ont largement rapporté que l'Inde déploie plus de troupes dans les zones frontalières. Si cela s'avère vrai, une telle action va à l'encontre du souhait commun des deux peuples, qui consiste à vivre en paix et à assurer un développement sain et stable des relations sino-indiennes. Nous espérons que l'Inde prendra au sérieux les préoccupations de la Chine et prendra des mesures concrètes pour assurer la paix et la tranquillité des zones frontalières et le développement sain des relations sino-indiennes.

Beijing Daily : Nous avons noté que le Secrétaire d'Etat adjoint américain David Stilwell a déclaré hier dans un forum virtuel organisé par la Heritage Foundation que les récents changements dans la politique américaine sont principalement dus à la menace croissante de Beijing. Nous avons également noté que le Washington Post a publié hier un article critiquant le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo pour avoir manipulé la politique étrangère américaine pour réaliser ses ambitions politiques, ce qui a causé les dommages les plus graves à la politique étrangère américaine depuis des décennies, faisant de lui le pire secrétaire d'Etat de l'histoire des Etats-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Les remarques de David Stilwell inversent le noir et le blanc. Le premier devoir d'un diplomate devrait être de promouvoir la compréhension mutuelle et la coopération amicale. Pourtant, malheureusement, la politique étrangère américaine s'est transformée aujourd'hui en diplomatie de coercition, de sanctions, de mensonge et de désignation d'un bouc émissaire.

Certains hauts diplomates américains gagnent leur vie en attaquant et en salissant la Chine. Ils sont occupés à fabriquer des mensonges, à répandre la haine, à s'ingérer dans les affaires intérieures d'autres pays et même à s'accointer de manière flagrante avec des sécessionnistes et des terroristes dans le but de réprimer d'autres pays. Ils ne respectent pas les règles internationales, piétinent l'équité et la justice et se retirent à la moindre occasion des traités et organisations internationales. Les Etats-Unis deviennent maintenant le plus grand saboteur de l'ordre international existant. C'est à la fois un malheur pour les Etats-Unis et une menace pour le monde.

Une personne doit au moins avoir un certain sens de l'intégrité et de l'honneur, et un pays doit au moins avoir un certain sens des responsabilités. Nous espérons que les Etats-Unis pourront se comporter comme un grand pays et assumer leurs responsabilités. S'ils ne peuvent pas jouer un rôle plus positif pour la paix et la stabilité dans le monde, le moins qu'ils puissent faire est de se retenir de causer des ennuis.

Reuters : Le Pentagone a déclaré vendredi dernier que 11 autres entreprises chinoises avaient été ajoutées à une liste de celles qui sont détenues ou contrôlées par l'armée chinoise, ouvrant la voie à de nouvelles sanctions contre ces entreprises. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

Hua Chunying : Cela prouve encore une fois que la politique étrangère américaine ne devient rien d'autre qu'une diplomatie des sanctions. Il est pathétique qu'ils soient occupés jour après jour à mentir, à tricher, à rejeter la responsabilité, à dénigrer la Chine, à menacer d'imposer des sanctions et à annoncer des sanctions contre d'autres pays.

La Chine a exposé sa position à plusieurs reprises sur la répression injustifiée par les Etats-Unis contre les entreprises chinoises. Les Etats-Unis qualifient 11 entreprises chinoises de détenues ou contrôlées par l'armée chinoise en dépit des faits. Cela manque à la fois de base juridique et de preuves. Nous nous y opposons fermement. Les Etats-Unis ont à maintes reprises abusé du concept de sécurité nationale et du pouvoir national pour réprimer certaines entreprises chinoises, ce qui est une grave violation des principes du marché et des règles du commerce international, dont les Etats-Unis se veulent les champions.

Je tiens à souligner que les entreprises chinoises qui développent des activités à l'étranger respectent strictement les lois et règlements de leurs pays d'accueil, y compris les Etats-Unis. Elles sont attachées aux principes du marché et à l'Etat de droit. Dans le respect des règles du marché et des lois concernées, les entreprises chinoises sont prêtes à continuer de mener une coopération gagnant-gagnant avec les divers pays. Nous espérons que les Etats-Unis cesseront de réprimer certaines entreprises étrangères sous prétexte de sécurité nationale. Je ne pense pas que de telles mesures feront du bien aux Etats-Unis eux-mêmes.

China Daily : L'ancien Président indien Pranab Mukherjee est décédé le 31 août à l'âge de 85 ans. Comment la Chine commente-t-elle son rôle dans la promotion du développement des relations sino-indiennes pendant son mandat ? La Chine va-t-elle exprimer ses condoléances à la partie indienne ?

Hua Chunying : M. Pranab Mukherjee était un homme d'Etat chevronné et un dirigeant de l'Inde. Il s'est rendu en Chine à plusieurs reprises et a contribué au développement des relations sino-indiennes. Rappelons qu'en 2014, lui et le dirigeant chinois ont annoncé la décision de construire un partenariat de développement plus étroit. Sa mort est une perte pour le peuple indien et pour la cause amicale entre la Chine et l'Inde. Nous déplorons le décès de l'ancien Président Pranab Mukherjee et présentons nos sincères condoléances à ses proches.

Envoyer ce lien à un ami
  Imprimer